BREST.MEDIASLIBRES.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

[Expulsion Calais] Appel à rassemblement Lundi 24 et samedi 29

|

En cas d’expulsion de Calais, l’interco ZAD du Finistère se joint aux rendez-vous le soir du début des expulsions, à 18h :
- à Brest, place de la Liberté
- A Douarnenez, devant le PS
- A Morlaix, devant la Mairie
Ainsi qu’au rendez-vous le samedi suivant le début des expulsions, à 15h, place de la préfecture, Quimper

« J’ai fui mon pays pour fuir les bombardements et les massacres, si j’avais su ce qui m’attendait en France, je serais resté là-bas. »
(parole de réfugié syrien)

«  Les migrants nous envahissent ! »
(phrase d’une affiche officielle de la ville de Béziers
et sentence de plus en plus communément admise)

Depuis le continent, Calais est un point de passage privilégié vers l’Angleterre. Les camions de marchandises circulent en permanence. L’Eurostar file à toute allure par le tunnel de la Manche. Les bateaux larguent les amarres plusieurs fois par jour, dans un sens comme dans l’autre. Facile de traverser quand on est muni-e d’un passeport d’un pays de l’espace Schengen. Les Européen-nes « légitimes » peuvent aller où bon leur semble grâce aux hasards de leur naissance.

Contrairement aux idées reçues, les migrant-es ne sont pas une armée de zombies surgissant de nulle part. Ces personnes fuient des zones de guerres, des régimes totalitaires, des endroits où la vie leur était insupportable, ou pour d’autres raisons qui leur appartiennent et que nous pouvons comprendre.
Il leur a fallu traverser des continents et des mers à la merci des mafias et des polices pour arriver jusqu’ici. Une fois en Europe encore, ils sont contraints à la survie face à une population au mieux indifférente, une police abjecte et une administration labyrinthique. Ils doivent se battre contre l’image largement diffusée par les médias de terroriste, de voleur, de criminel en puissance.
Leur arrivée ici découle de conflits géopolitiques complexes. L’État français en est un des responsables, de par son passé de puissance coloniale et de par sa politique néo-colonialiste actuelle. Cette dernière le guide notamment dans les guerres et interventions militaires internationales qu’il mène en Afrique (Centrafrique, Sahel, Somalie, etc.) et au Moyen-Orient (Syrie, Irak, Lybie, etc.)
Des réfugié-es se retrouvent bloqué-es aux frontières. À Calais ou ailleurs, les migrant-es se regroupent pour pouvoir gérer collectivement leurs santés, leurs quotidiens, leurs papiers et les possibilités de circuler : être ensemble pour recréer des solidarités. Cependant, l’État nie la liberté de circulation de centaines de milliers de personnes, créant des situations intolérables de misère et d’oppression. Il crée une situation de ségrégation, et les habitant-es de la « jungle » de Calais subissent quotidiennement le harcèlement de la police et de groupes d’extrême-droite.

Le gouvernement a décidé de raser la « jungle » pour « gérer » le « problème » que les réfugié-es lui posent, en les plaçant dans des centres d’accueil dans l’attente que soit traitée leur demande d’asile. La volonté de l’État est d’éparpiller les migrant-es au quatre coins de la France pour compliquer leur route et dissoudre le-dit « problème ». En ce moment, la plupart des demandes d’asile sont rejetées. Les personnes déboutées du droit d’asile vont être illégalisées, enfermées puis déportées comme l’État a coutume de le faire avec les sans-papiers.
L’État veut supprimer la « jungle » pour mieux contrôler/expulser ensuite, en aucun cas pour des raisons « humanitaires », comme le soutient sans scrupule le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Aucune existence n’est illégale.
Nous sommes contre l’expulsion de Calais.
Nous sommes contre la politique migratoire raciste et xénophobe de l’Union Européenne et celle de l’État français en première ligne.
Pour que cela ne se passe pas dans l’indifférence totale ou noyé dans un flot d’information, et en soutien aux exilé-es, l’intercomité ZAD du Finistère appelle à des actions décentralisées le soir même et les jours suivants, et à se joindre aux rassemblements prévus :

Rendez-vous le soir du début des expulsions, à 18h :
- à Brest, place de la Liberté
- A Douarnenez, devant le PS
- A Morlaix, devant la Mairie

Rendez-vous le samedi suivant le début des expulsions, à 15h, place de la préfecture, Quimper

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Brest.mediaslibres.org ?

Brest.mediaslibres.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact brest chez mediaslibres.org