BREST.MEDIASLIBRES.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

Suivi de la mobilisation contre la COP21 [MAJ 29 nov 18h30]

|

Depuis une semaine, la mobilisation contre la COP21 s’active. Et alors même que la conférence n’a pas encore commencé, la répression policière est à son comble. Dans cet article, tentative de diffuser et recouper les informations quotidiennes qui nous parviennent.

Pour suivre la mobilisation contre la COP 21 heure à heure cliquer sur ce lien vers l’article du site anticop21.org

En bref :
En début d’après-midi, 4 000 à 5 000 personnes se sont rassemblées sur la place de la République, bloquée de toutes parts par la police. Une manifestation est partie sur l’avenue de la République malgré l’interdiction et l’armada policière. Les flics ont bloqué la manif un peu plus loin sur l’avenue, matraquant et lançant des gaz lacrymogènes et des grenades sur les manifestant-es. Des affrontements ont alors eu lieu sur l’avenue et la place de la République. Après avoir bloqué tous les accès à la place de la République, la police a continué à charger les manifestant-es à travers la place. Des affrontements et tentatives de départ en manif ont continué malgré tout. À l’heure actuelle, plus d’une centaine d’arrestations sont déjà confirmées.

  • 18h20 : environ 200 personnes sont prises dans la nasse au croisement place de la République et boulevard Magenta. Dans un premier temps, les gens se sont fait arracher du groupe un-e par un-e et embarqués. A l’heure actuelle les flics sont dans l’attente et maintiennent les gens enfermés.
  • 17h30 : Plusieurs centaines de personnes ont été embarquées et conduites dans plusiers commissariats, dont beaucoup dans le 18e. Des personnes vont attendre les interpellés devant le comissariat de l’Evangile (32 rue de l’évangile, métro marx dormoy).
  • 17h : de nombreux contrôles de police à Barbès, où des personnes ont été interpellées.
    150 personnes sont encore nassées sur la place de la République et se font embarquer violemment. En tout, ce sont plusieurs centaines de manifestant-es qui ont été interpellé-es.
  • 16h40 : à République, 200 personnes se trouvent toujours dans la nasse. Il y aurait des tirs tendus de grenades et des interpellations par ailleurs.
  • 16h30 : une centaine d’arrestations au minimum sont confirmées. Deux cars de police sont en train d’embarquer d’autres personnes encore.
  • 16h20 : le préfet de police de Paris vient d’annoncer sur France-Info que, depuis le début de la journée, une cinquantaine de manifestant-es ont été arrêté-es. Mais d’autres arrestations semblent être en cours... Une cinquantaine de personnes sont dans un panier à salade place de la République. Au moins un autre fourgon avec des personnes arrêtées est prêt à partir côté rue du Fauboug du Temple. Les manifestant-es hors nasse restent sur les côtés pour soutenir les personnes embarquées.

Tout le suivi.
Live updates in english.

Retrouvez le programme des mobilisations à venir sur anticop21.org

Pour transmettre des infos, écrivez-nous à anticop21-automedia [at] riseup.net ou à paris-luttes-infos [at] riseup.net.
Pour contacter le collectif de soutien aux manifestants pendant la COP21 : +33(0)7.53.39.35.45 et cosomi [at] riseup.net

Suivi de la journée

  • 18h20 : environ 200 personnes sont prises dans la nasse au croisement place de la République et boulevard Magenta. Dans un premier temps, les gens se sont fait arracher du groupe un-e par un-e et embarqués. A l’heure actuelle les flics sont dans l’attente et maintiennent les gens enfermés.
  • 17h30 : Plusieurs centaines de personnes ont été embarquées et conduites dans plusiers commissariats, dont beaucoup dans le 18e. Des personnes vont attendre les interpellés devant le comissariat de l’Evangile (32 rue de l’évangile, métro marx dormoy).
  • 17h : de nombreux contrôles de police à Barbès, où des personnes ont été interpellées.
    150 personnes sont encore nassées sur la place de la République et se font embarquer violemment. En tout, ce sont plusieurs centaines de manifestant-es qui ont été interpellé-es.
  • 16h40 : à République, 200 personnes se trouvent toujours dans la nasse. Il y aurait des tirs tendus de grenades et des interpellations par ailleurs.
  • 16h30 : une centaine d’arrestations au minimum sont confirmées. Deux cars de police sont en train d’embarquer d’autres personnes encore.


  • 16h20 : le préfet de police de Paris vient d’annoncer sur France-Info que, depuis le début de la journée, une cinquantaine de manifestant-es ont été arrêté-es. Mais d’autres arrestations semblent être en cours... Une cinquantaine de personnes sont dans un panier à salade place de la République. Au moins un autre fourgon avec des personnes arrêtées est prêt à partir côté rue du Fauboug du Temple. Les manifestant-es hors nasse restent sur les côtés pour soutenir les personnes embarquées.
  • 16h15 : dix fourgons de gardes mobiles se déploient place du Colonel-Fabien.
  • 16h10 : trois fourgons de police partent du boulevard Magenta. L’un d’entre eux a sûrement des manifestant-es arrêté-es dedans...
  • 16h : des renforts de gardes mobiles arrivent du côté de la nasse située rue du Faubourg du Temple, où les flics embarquent des gens. Au moins 150 personnes sont en manif sauvage, plus d’autres qui essayent de les rejoinde en soutien. Les flics essayent de les disperser ou de les repousser vers la place de la République.
  • 15h45 : deux nasses sont en cours sur la rue du Fauboug du Temple et le boulevard Magenta. Beaucoup de flics sont melangés aux gens. Les flics chargent celles et ceux qui étaient hors des nasses, plusieurs centaines de personnes partent en manifestation sauvage !
  • 15h30 : des gens sortis de la place de la République se regroupent derrière les lignes de CRS et scandent "État fasciste, État policier".
  • 15h25 : il n’y aurait pas moins de 3 nasses policières sur la place de la République. De quoi faire un peu de chiffre pour faire plaisir au Préfet et à ses stats. Des gens peuvent encore sortir un par un mais les flics fouillent les sacs à la sortie de la place de la République. Les flics ne laisseraient pas sortir tout le monde.
  • 15h20 : fouille des sacs à la sortie de la place de la République. Les flics ne laisseraient pas sortir tout le monde.
  • 15h05 : une charge de plus d’une centaine de CRS vient d’avoir lieu du côté de l’avenue de la République et occupe la moitié de la place. Ils chargent l’autre moitié de la place en empêchant les gens de sortir. Les flics lancent différents types de grenades (dont des grandes à fragmentation).
  • 15h : Environ encore 2000 personnes sur la place. Les flics lancent de nombreuses grenades offensives (dont plusieurs à tir tendu !), les manifestant-es caillassent en retour : chaises, pavés, chaussures, un peu tout y passe. Plusieurs charges, puis reflux de la police. Une personne au moins a été blessé par un éclat de grenade.


  • 14h45 : énième gazage et charges sur la place, après que les flics aient reçu divers projectiles, dont de nombreuses chaussures. Le métro est fermé. Affrontements du côté de la rue du Temple, nouvelles salves de gaz. Toute la place est sous les gaz, la nasse est fermée, les gens peuvent sortir un-e par un-e du côté du boulevard du Temple.


  • 14h40 : ça regaze sur une bonne partie de la place. Les flics semblent avoir décidé de disperser le rassemblement. Une heure de manif’ c’est déjà trop pour eux. Le métro reste ouvert.
  • 14h30 : affrontements rue du Temple/rue de Turbigo, les flics lancent des gaz lacrymos sur les manifestant-es.
  • 14h20 : un hélicoptère arrive au-dessus de la place, des gens continuent à en faire le tour.
  • 14h15 : les gens refluent sur la place de la République, des gens se couchent à terre (10-15 personnes) en première ligne devant les CRS. Impossible de sortir de la place de la République, excepté en métro.


  • 14h : des affrontements commencent en première ligne. Des grenades de désencerclement sont lancées par les flics.
  • 13h50 : les manifestant-es s’engagent avenue de la République, les flics les attendent un peu plus loin et gazent. "État d’urgence, État policier ; on ne nous empêchera pas de manifester".
  • 13h45 : 4000 à 5000 personnes sur la place de la République. Une tentative de départ en manifestation est en cours, certaines personnes font le tour de la place et les flics réagissent en bloquant le Boulevard Magenta. La nasse policière ferme complètement la place de la République.
  • 13h40 : une nouvelle ligne de flics vient de se positionner à l’entrée de l’avenue de la République. 4 axes sur 7 sont maintenant bloqués au moins à la sortie.
  • 13H30 : la chaîne humaine est terminée et vu le nombre de personnes qui y ont participé, le boulevard Voltaire est coupé à la circulation. Bref, c’est un joyeux bordel !
  • 13h10 : la chaîne humaine est finie ; les participant-es rejoignent République, seule l’avenue de la République ne semble pas bloquée.
  • 13h : 2000 personnes sur la place de la République. Rue du Faubourg du Temple, Bd du Temple et Bd Voltaire viennent d’être fermés aux personnes qui veulent sortir de la place.
  • 12h50 : les flics ont fermé la sortie de la place côté rue du Faubourg du Temple. Ils laissent les gens entrer mais plus sortir par cet accès-là.
  • 12h40 : très forte présence policière sur toutes les rues alentours (à part la rue de Turbigo pour le moment) mais peu d’uniformes sur la place-même. On signale plusieurs contrôles d’identité aux alentours, qui n’ont donné suite à aucune arrestation.

  • 12h30 : de nombreux et nombreuses manifestant-es étrangers n’ont pu venir jusqu’à Paris ce weekend. Hollande se félicite d’avoir bloqué un millier de personnes aux frontières, les assimilant dans sa com’ à des terroristes. Vendredi, ce sont par exemple des militant-es bruxellois-es qui ont été refoulé-es et raccompagné-es manu militari après la prise de leurs identités.
  • 12h15 : contrôle de police dans le métro à République. Les flics ne sont pas visibles sur la place. Par contre, très forte présence policière sur toutes les rues alentours.
  • 12 h : plusieurs milliers de personnes forment une chaîne humaine sur le Bd Voltaire depuis Nation jusqu’à d’Oberkampf. La moindre tentative de quitter le trottoir pour occuper la rue est très vite réprimée.
  • 11h40 : à République, la situation est calme, pas de contrôle, beaucoup de chaussures.
  • 11h : un peu de monde sur la place de la République. Pas de flics en vue et l’accès à la place n’est pas fermé.

28 novembre 2015

  • 19h30 : toutes les assignations à résidence n’ont semble-t-il pas encore été données aux personnes visées dans le cadre de la COP21. Sur Lyon, des habitant·es d’une maison n’ont pas laissé rentrer les flics, comme le raconte ce texte d’un collectif de soutien face à la répression « Assignations à résidence : ne pas se laisser faire », qui appelle également à réagir à l’état d’urgence.
  • 18 h : le banquet s’est terminé sans problèmes. Les copines et les copains se préparent pour continuer la lutte anticop21. AG ce soir au CICP a 19h30.

JPEG

 - 190.3 ko
  • 16 h : 400 personnes à la marche interdite à Rennes (le tweet)
  • 15h35 : un collectif d’artiste, Brandalism a retourné 600 panneaux publicitaires dans Paris pour y mettre quelques messages à caractère informatif sur la mascarade COP21 et l’État d’urgence. Voir la vidéo.
    Une pub détournée par Brandalism - 164.2 ko
    Une pub détournée par Brandalism
  • 15h30 : les prises de parole sont en cours et les soutiens arrivent de plus en plus nombreux. En ce moment, les copains et les copines appellent à une AG à 18h sur l’esplanade de Paris7.
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015  Versailles - 420.6 ko
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015 Versailles
 - 182.7 ko
  • 14 h : Près de 500 personnes sont finalement arrivé-e-s à Versailles ! D’autres venant d’autres coins de l’Ile-de-France sont en route pour les rejoindre. Les tables sont installées, les camions du convoi s’installent devant le Chateau, l’ambiance est tranquille pour le moment.
    8-9 estafettes de gendarmes sont également positionnées devant le Chateau.
    Les copains et les copines déploient deux banderoles : "Gardez le Bourget, on prend Versailles !", "Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tete des rois !"
    Que le banquet commence !
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015  Versailles - 350.5 ko
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015 Versailles
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015  Versailles - 439.6 ko
Banquet des Zads devant le chateau, 28 novembre 2015 Versailles
  • 12h30 : le convoi arrive à Versailles. Rendez-vous au niveau des Potagers du roi pour accompagner la tracto-velo à la Place d’Armes, où une présence policière importante est annoncée. Pour comprendre les enjeux, la raison de ce convoi, Anticop21 republie un entretien de participant·es de la marche réalisé hier par le site tourangeau La Rotative.
    Arrivée dans Versailles et marche vers la Place d’Armes - 235.5 ko
    Arrivée dans Versailles et marche vers la Place d’Armes
  • 11h30 : les convois sont à Vérrières (91), à quelques kilomètres de Versailles et quinze de Paris. Beaucoup de monde et des appels à klaxonner contre l’état d’urgence qui sont entendus. Le convoi arrivera dès 13 h à Versailles.
    Près de Verrières, près de Versailles - 48.6 ko
    Près de Verrières, près de Versailles
  • 11 h : compilation d’infos sur les 24 assignations à résidence délivrées depuis jeudi dans le cadre de la COP21 sur Lundi matin.
  • 9h15 : la tracto-vélo partie de Notre Dame des Landes, rejoint par des convois partis d’Agen, de Dijon, Bure ou de Forcalquier, composée maintenant de plusieurs centaines de personnes, se clôture aujourd’hui à Versailles, près de Paris, pour un grand banquet des zads et autres espaces en résistance.
    Le convoi des marcheurs ce samedi matin sur la nationale. - 43.6 ko
    Le convoi des marcheurs ce samedi matin sur la nationale.

    27 novembre 2015

    • 18h15 : l’AG est terminée au CICP. Beaucoup de monde présent-es.
    • 16h30 : des assignations à résidence sont délivrées dans toute la France à des militant·es dans le cadre de la répression de la COP21. Confirmées pour l’instant : Paris (2 personnes, dont un membre de la legal team), Rennes (6 pers.). Des tentatives de notification d’assignation ont échoué (pas de chance pour les bleus, leurs cibles s’étaient absentées) à Rouen (2 pers. + une juste interdite d’Ile-de-France) et Lyon (1 pers.). Témoignage d’un assigné à résidence parisien. Sur Rennes, un communiqué a été diffusé après des descentes dans 6 habitations différentes, avec fusils à pompe et plaquages au sol.
    • 16 h : prochaine étape des convois dans le village d’Emancé (Yvelines).
      Un entretien avec Camille, qui participe à la marche, sur le site de la Rotative.
    • 14 h : l’AG prévue intialement cet aprés midi sur le campus la halle aux farines de Paris 7 aura lieu finalement à 16h au CICP rue Voltaire (métro rue des Boulets ou Nation).
    •  13h30 : finalement la Préfecture de Paris demande aux habitant.es d’Île-de-France de ne pas utiliser les transports en commun le dimanche et lundi. Vous pouvez par contre rester chez vous et agiter un drapeau bleu, blanc, rouge devant votre télé.
    • 13 h : la Préfecture de Paris annonce la fermeture de l’autoroute A1, A6 et du périphérique ouest le dimanche 29 et lundi 30 novembre. Dans Paris, entre la place de la Concorde et la porte d’Asnières via la place de la Madeleine et le boulevard Malesherbes, il n’y aura pas moyen de circuler non plus. Les franciliens sont appelés à différer leur déplacements ces jours ci ou a utiliser les transports en commun. La RATP sera gratuite ces deux jours à partir de 12h00 le dimanche.
    • 13 h : perquisition en cours à "l’Annexe" situé au Pré-Saint-Gervais. Ce lieu avait accueilli les Assemblées Générales de mobilisation contre la COP21. Les flics qui ont bloqué le quartier cherchent des possibles membres du Black Bloc. On se demande s’ils font expès de ne pas comprendre ou si la préfecture est déjà dans une construction médiatico-policière pour justifier sa répression ? Un récit du dispositif policier délirant.
    • 11h30 : la répression a également lieu en Indre et Loire. Des perquisitions auraient également eu lieu à Rennes et Rouen en vue de la COP21.
    • 11h20 : perquisition à l’Annexe, squat situé au près St Gervais et qui avait accueilli les Assemblés Générales contre la COP21.
    • 11 h : : pour l’instant les convois maintiennent leur convergences sur le plateau de Saclay.

    Jeudi 26 novembre :

    • 23 h : l’université Paris 7 a annoncé sa fermeture administrative vendredi, samedi, dimanche pour empêcher son occupation d’après Le Parisien. Message reçu de la part d’organisateurs de la semaine de discussion Même pas COP dont la dernière journée de discussions devait se tenir demain à Paris 7 :

      « Suite à l’interdiction de la faculté d’organiser la dernière journée Même pas COP et l’annulation des cours le vendredi et samedi, nous organisons une bouffe à Quilombo 11h et une AG à 16 h au CICP (métro rue des Boulets, 23 et 21 rue Voltaire. Venez nombreux. »

    • 22 h : une deuxième personne est assignée à résidence. Elle serait membre de la legal team d’après un communiqué de la LDH. Elle devra elle aussi pointer plusieurs fois par jour au commissariat local.
    • 19h30 : seule bonne nouvelle de la journée : la personne en comparution immédiate aujourd’hui après la manif de dimanche a demandé le report. Elle passera au tribunal le 6 janvier. Elle sort sans contrôle judiciaire.
    • 18h30 : plusieurs centaines de personnes place de la République pour la manifestation contre l’interdiction de manifester. Environ 500.
    • 16h30 : la personne en comparution immédiate aujourd’hui n’a pas encore comparu.
    • 16 h : au squat « Le Moulin » à Ivry, les policiers ont notifié une assignation à résidence à l’une des personnes habitant le squat. Elle ne peut quitter la ville sauf dérogation et sera obligée de pointer plusieurs fois par jour au commissariat d’Ivry jusqu’au 12 décembre. Elle doit être chez elle de 20 h à 6 h du matin. Une première a priori dans le cadre de la contestation de la COP21.
    • 14h30 : les flics sont passés au squat « le Moulin » à Ivry.
    • Suite à la manif de dimanche 22 novembre, un camarade passera en comparution immédiate à 13h30 à la 23e chambre-2 du Tribunal de Paris. Merci de faire tourner au maximum !
    • De nombreux lycéens tentant de bloquer leurs lycée se sont fait gazer et matraquer. Ne cédons pas à l’état d’urgence, contre la COP 21 et son monde, rendez-vous à 11h à Nation. Faites tourner.
    • Une perquisition a eu lieu au squat "le Massicot" à Ivry. Des civils sont venus, accompagnés de 5 camions de flics. Cette perquisition fait suite à de nombreux coups de pression sur les squats du 94. Deux personnes ont été interpellées. Une personne a été enlevée par la police lors de la perquisition au squat Le Massicot ce matin. On ne sait pas où elle est retenue, ni si elle est formellement mise en garde à vue. La préfecture ne donne aucune information "au nom de l’état d’urgence".

    Mercredi 25 novembre :

    - Au moins deux GAV au commissariat Riquet pour des personnes convoquées
    - A Bourdon les flics contrôlent et embarquent pour vérification d’identité, aux abords du commissariat)]

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Brest.mediaslibres.org ?

Brest.mediaslibres.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact brest chez mediaslibres.org