BREST.MEDIASLIBRES.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

Breizh-info : Le faux-site d’actualité « indépendant » qui propose des déductions fiscales pour financer l’extrême droite

|

Une enquête « blague à part », réalisée par le blog satirique Le Ouest-Franc

Amusante coïncidence, quelques jours après la sortie de notre article satirique sur Breizh infos, le site dit de ré-information fut montré du doigt par Les décodeurs de Le Monde. On a eu l’honneur de recevoir un message privé de Yann Vallerie, rédacteur-chef du faux-journal nous suggérant de modifier notre article avant « entame de procédure » pour diffamation car ce qu’on affirme est faux… (soupir). Petite explication d’ordre didactique. Notre article n’était pas un un fait, car c’est une…caricature, de la satire, c’est le principe en fait : « Texte ou œuvre d’art destinés à se moquer de quelqu’un ou de quelque chose » que vous le trouviez drôle…ou non.

Et puis sans vouloir se lancer dans un débat sur le thème de la « libre parole », ce message reste assez contradictoire de la part d’un rédacteur-chef qui affirme vouloir défendre la liberté d’expression et la dissidence pour les blogueurs condamnés pour incitation à la haine raciale.

Mais bon les contradictions, chez Breizh infos, c’est pas ce qui manque et c’est ce qu’on va vous démontrer. Et là, ce sont des faits, pas de la satire…Sachez le, quand on reçoit des menaces de plainte, ça a tendance à nous titiller plus que nous calmer.

Un faux siège social à Carhaix mais une vraie adresse qui mène tout droit chez Yann Vallerie

On a donc tenté de comprendre comment un site comme Breizh infos peut survivre, même avec de la pub. Le média breton qui dénonce les subventions de l’État à la presse, davantage pour se démarquer et se donner une légitimité que pour dénoncer la presse papier, est-il lui-même si transparent dans ses dépenses ? Vraisemblablement, si l’on fait un don à Breizh infos on peut vraisemblablement déduire celui-ci des impôts (66%) jusqu’à 20% maximum de notre revenu. En effet, le site breton serait géré par uneassociation reconnue à caractère d’intérêt général, donc à but non lucratif (loi 1er juillet 1901). Mais si on essaye d’en savoir plus ça se complique…

On ne sait pas si c’est un stagiaire de troisième qui s’occupe de la paperrasse à Breizh infos, mais c’est loin d’être clair. Concernant leur adresse leur siège social n’est qu’une boîte postale sans rue située à « Carhaix-PlougueUr » (29). Le numéro de téléphone fourni n’est qu’un portable, aucun fixe. Vous avez d’ailleurs peut-être relevé la faute. En effet, les rédacteurs qui ont « un attachement viscéral pour la Bretagne, toute la Bretagne. » ont mal orthographié la commune finistérienne puisque qu’elle est censée s’écrire « Carhaix-PlouguER ». Mettons cela sur le compte d’une faute de frappe du stagiaire de troisième.

PNG - 8 ko

Du coup, vérifions d’un peu plus prêt où se situe réellement cette association. D’après ce site, elle serait basée à Nantes et non pas Carhaix. Surement une erreur de mise à jour dira-t-on. Appelons donc la Préfecture de Nantes et renseignons davantage. Commence à ce moment un petit parcours administratif digne Astérix et Obélix dans la maison qui rend fou. On nous apprend qu’il faut appeler le Trésor public…de Guingamp pour réellement connaître le statut de l’association. Mais le document qui nous est transmis montre que celle-ci n’est plus à Nantes, ni même dans le Finistère, mais à Duault dans les Côtes-d’Armor, à environ 16 km de Carhaix donc. Afin de nous convaincre, notre interlocuteur nous envoie la dernière adresse connue de l’association. On a regardé sur Google street-view, la baraque est mignonne mais ne ressemble guère à des locaux de Rédaction et pour cause, c’est l’adresse de M.Yann Vallerie en personne. Celle de Nantes, devait être également la sienne puisqu’il aurait déménagé mi-2013 depuis la Loire-Atlantique. En tapant cette même adresse, depuis le cache google, on tombe sur l’(ancienne ?) entreprise de Yann Vallerie qui avait (ou a encore) pour activité officielle « les services internet » et celle d’une certaine Cecilia Ollivier qui a pour activité actuelle "Photocopie, préparation de documents et autres activités spécialisées de soutien de bureau" . Cette personne a fait l’objet d’un article pour Breizh infos pour au moins un sujet, connue aussi selon le Télégraphe comme auteure de livres pour enfants. On apprend aussi dans un article du Ouest-FrancE que son mari Yann serait graphiste. Si celui-ci est Yann Vallerie, il est assez contradictoire de la trouver autant présente dans cette presse locale, si critiquée par ce dernier. Officiellement rien d’illégal dans tout ce mix d’identités morales. Mais ça fait beaucoup pour une seule et même adresse, surtout pour une association comme Breizh-infos qui se déclare d’intérêt général.

JPEG - 120.2 ko
PNG - 35.9 ko
PNG - 29 ko

L’association se veut néanmoins transparente dans ses statuts : « breizh-information est une association d’intérêt général exerçant des actions concrètes en faveur du pluralisme de la presse ». Coup de tel au Trésor Public de Guingamp donc, on nous dirige vers le service de service des impôts des entreprises qui se charge également des associations afin de savoir si cette celle-ci est bel et bien d’intérêt général. On fournit à la personne que nous avons au bout du fil le numéro de Siren. Elle nous informe qu’elle n’a aucune information sur Breizh-infos. On en profite pour questionner notre interlocutrice sur ce statut, demandant si une association peut normalement se déclarer d’intérêt général sans accord préalable. Réponse : « Normalement non, 66% des dons ne vont pas dans les caisses de l’État. Concernant Breizh-infos, je vais demander au service des impôts de Nantes, mais je n’ai pas le droit de vous en dire plus.«  Difficile d’en savoir réellement davantage donc, ce n’est pas non plus comme si on était des vrais journalistes. Point commun que nous partageons avec la rédac de Breizh infos d’ailleurs.

Mais revenons davantage sur cette histoire d’association d’intérêt général. Explicitons ce statut avant d’aller plus loin pour comprendre la nébuleuse financière de Breizh infos qui vaut le détour. Une association dite d’intérêt général dépend de l’article 200 du code général des impôts. Cette notion peut s’appliquer à des associations qui présentent « un caractère philanthropique, éducatif, scientifique, social, humanitaire, sportif, familial, culturel ou concourant à la mise en valeur du patrimoine artistique, la défense de l’environnement naturel. » nous informe le site association1901.fr

La particularité est qu’une association d’intérêt général, contrairement à une association d’utilité publique, n’a pas besoin de décret pour se déclarer comme telle et fournir des déductions fiscales. Ce qui ne veut néanmoins pas signifier que tout le monde peut se déclarer d’intérêt général, sinon toutes les associations délivreraient un reçu fiscal en cas de don. Un critère essentiel existe : « Pour pouvoir délivrer des certificats fiscaux à ses adhérents, l’association doit avoir une gestion désintéressée (dirigeant bénévole) ; elle ne doit pas fonctionner pas au profit d’un cercle restreint de personnes et ne pas exercer d’activité lucrative. » . Ce qui ne serait pas le cas selon nous pour Breizh infos, surtout si l’adresse officielle reste celle de son fondateur qui se positionne également comme Rédacteur-chef. Si la gestion désintéressée n’est pas prouvée, voire liée à une activité lucrative directe ou indirecte, l’association est « passible d’une amende égale à 25% du montant figurant sur les reçus indûment émis «  . (ouch)

Le site association1901 nous informe également que depuis 2003 il existe une procédure dite du rescrit qui permet d’interroger l’administration fiscale à propos de la situation particulière de l’association. Deux possibilités pour Breizh-infos. Soit cette procédure n’a pas été effectuée, soit pire encore elle a été déposée…et acceptée par une ou plusieurs personnes qui estiment vraiment que Breizh infos apportent en effet un certain « pluralisme » dans la presse française.

Quand Breizh infos se justifie… Et s’enfonce

Mais qu’en dit Breizh infos ? A-t-elle vraiment été reconnue officiellement comme association d’intérêt général selon l’équipe ? Est-elle dans une gestion désintéressée ? On s’est fait passer pour un généreux donateur qui souhaite en savoir plus. On a reçu en retour un email de Claude Bily, Président de l’association. Tout comme le rédacteur Thierry Monvoisin (ancien candidat aux élections sénatoriales législatives dans les années 90) C.Bily est assez proche du F.N. La gestion désintéressée commence donc pas super bien.

JPEG - 53.8 ko

Cela ne nous suffit pas. On essaye alors d’en savoir toujours plus, savoir s’il y a un numéro d’agrément, un petit papier officiel, un tampon de la Préfecture, un bisou du maire ? Bref, une reconnaissance officielle de leur caractère d’intérêt général qui serait la bienvenue. La réponse tarde à arriver mais c’est Yann Vallerie en personne qui nous répond de manière assez expéditive d’ailleurs « Le fait d’exercer des actions concrètes en faveur du pluralisme de la presse donne le caractère d’intérêt général »

PNG - 28.7 ko

Il confirme le premier mail de Claude Bily qui évoque l’amendement…Charb. Ironique n’est-ce pas ? Breizh infos pensent donc être officiellement reconnu comme média de la part de l’État. Même Boulevard Voltaire ne va pas aussi loin. Gestion désintéressée vous aviez dit ? Vous remarquerez aussi que la faute d’orthographe concernant la commune du siège de l’association est toujours présente dans le premier mail. En même temps vu que ce n’est qu’une boîte postale…

Lire la suite sur Le Ouest-Franc

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Brest.mediaslibres.org ?

Brest.mediaslibres.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact brest chez mediaslibres.org