BREST.MEDIASLIBRES.ORG

Site collaboratif d’informations locales - Brest et alentours

Manif « Ni Le Pen, ni Macron » du 27 avril. Deux témoins arrêtés en plein procès

|

article lu sur expansive

Ce soir lors du procès d’un des inculpés de la manifestation du 27 avril, deux personnes témoignaient à la barre pour apporter leur version des faits.
Des témoignages qui reviennent sur la présence hors cortège de l’inculpé et sur sa passivité (il est accusé de jets de projectiles tout en filmant et en tenant une chaise de camping dans l’autre main). La défense est en béton, le dossier est vide, l’avocat de l’accusé apporte en plus une vidéo qui appuie ses témoignages.
Alors que le juge (suivi mollement par le procureur) s’acharne à baser la culpabilité du camarade sur des cailloux retrouvés on ne sait comment sur lui, deux témoins expliquent à la barre avoir vu un flic mettre une pierre dans la poche de l’accusé au moment de son interpellation.

Leurs versions ruinant celles des flics, partie civile dans cette affaire (ils demandent de la thune pour le préjudice moral !), elles sont cuisinées par le juge Léger, qui revêt encore une fois la robe de procureur (ce dernier était complètement dépassé et prenait presque la défense des manifestants).
Alors qu’elles expliquent tranquillement les faits, Léger devient êxtrement menaçant et répète à plusieurs reprises les risques judiciaires pour de faux témoignages sous serment.
Elles n’en démordent pas pour autant face à la pression du juge, l’une lui répond d’un cinglant : « j’ai juré ! ».

Les juges délibèrent, 15 minutes plus tard l’audition reprend.

- le camarade est reconnu coupable des chefs d’inculpations de violence (par jet de pierre) n’ayant engendré aucun jour d’ITT sur deux agents dépositaires de l’ordre public.
Il est ainsi condamné à 6 mois de prison avec sursis, assortis d’une interdiction de manifester de trois ans en Ile et Vilaine, et doit versé la somme de 550 euros de dommages et intérêts et d’amendes pour chacun des deux flics de la BAC.

- fait rarissime et extrêmement grave, les deux témoins qui subissaient une pression et l’agressivité constante du juge Léger (pourtant garant de leur libre parole), sont arrêtées à la fin de l’audience, menottées et préséntées devant un juge d’instruction pour faux témoignage.
Une dizaine de flics interviennent pour contenir le public de la salle en ébullition.
Cette situation aussi extrême qu’improbable, qui attaque de plein fouet la protection du témoignage et le droit à la défense, semble avoir pris de court les flics comme les magistrats.
Fait notable : le procureur, après un réquisitoire qui passerait presque pour une plaidoirie de défense de l’inculpé à côté d’un juge Léger littéralement haineux, a quitté la cité judiciaire alors même qu’il était censé mener la mise en examen des deux témoins.
Après une longue attente où elles ont pu prendre contact avec leurs avocats, elles ont été entendues par le juge d’instruction et désignées comme témoins assistées dans l’enquête pour faux témoignage, et ont été remises en liberté sans contrôle judiciaire. Leurs téléphones portables ont été saisis et mis sous scellés.

Nous reviendrons dans notre prochain communiqué sur ce statut intermédiaire entre mis en examen et simple témoin, mais cette qualification et l’absence de contrôle judiciaire indique la grande réticence du juge d’instruction à mener une enquête à charge (sans aucun autre élément que ce qui a été dit à l’audience) contre deux témoins sous serment qui auraient osé mettre à jour dans un cadre juridique officiel les magouilles des bacqueux pendant les arrestations.

Ce que nous avons vu aujourd’hui, c’est une attaque directe contre le droit de la défense. La justice a montré son aspect le plus éclatant, celui une institution répressive qui tente par tous les moyens de garantir le rôle et la parole de la police au-delà de tous soupçons.

APPEL À MOBILISATION, PARTAGEZ !

proposer complement

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Brest.mediaslibres.org ?

Brest.mediaslibres.org est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact brest chez mediaslibres.org